Baby Pop

01 juin 2012

Communication Non Violente

Puisque je suis étiquetée "maternante", je me trimballe donc tout le package, à savoir en plus du cododo et de l'allaitement long : l'éducation non-violente. Et autant je me suis répandue en long en large et en travers à propos du sommeil et de l'allaitement, je n'ai jamais abordé cet aspect là, pourtant le plus "utilisé" au quotidien.

Déjà, je ne parle pas d'éducation non-violente, mais plutôt de communication non-violente. Parce que c'est une méthode, enfin, une façon de faire qui me sert dans mes relations avec les gens, avec tous, bien avant que ma fille ne naisse d'ailleurs. Avec mes parents pour ne pas m'engueuler avec eux, avec mon petit frère, particulièrement réfractaire à tout conseil, avis, ordre et changement de routine. C'est lui qui m'a ouvert la voie d'ailleurs.

Je n'ai jamais lu de livre sur le sujet, jamais étudié la théorie, je ne connais pas les grands papes de cette méthode, jamais tenté d'appliquer dans ma vie un dogme. J'ai simplement testé, tatonné et découvert au jour le jour, depuis mon adolescence, comment la communication et les comportements s'adaptaient au respect, à l'écoute de l'autre, aux compromis, au calme.

De fait, je ne pourrai pas vraiment vous lister de façon exhaustive les préceptes de la communicaion non-violente, mais en voilà les grandes lignes, mes grandes lignes :

- Par non-violent, on n'entend pas simplement "sans fessée". Sans violence corporelle c'est évident, mais sans violence verbale non plus. Ni comportementale. Pas de punitions, de tapes sur la main, de menaces, de chantage, d'insultes évidemment...

- Toujours expliquer. Expliquer pourquoi on interdit tel ou tel truc (ba oui y a des interdits quand même), expliquer pourquoi on est triste, en colère (ba oui je me mets en colère quand même). On a même le droit de s'excuser après s'être emporté. Oui, oui, auprès de son enfant. 

- Donner le choix : à l'âge de ma fille c'est primordial. Au lieu d'imposer une tenue, un emploi du temps, un plat, on propose des alternatives qui donnent l'impression à l'enfant de choisir, d'être acteur et non soumis à une autorité. Choisir un pantalon, choisir entre jambon et oeuf (pas besoin de préparer un menu comme au resto, c'est sur), choisir entre d'abord faire un puzzle puis changer la couche ou l'inverse, choisir entre deux livres ou un livre et une berceuse pour le coucher.

- Autoriser les colères et expliquer les réactions : mettre des mots sur des sentiments de son enfant, c'est super important. Même si l'enfant parle, il n'a souvent pas le vocabulaire pour expliquer ce qu'il ressent. Ou parfois il ne sait pas décrypter ce qu'il ressent. Oui, l'enfant a le droit de se mettre en colère, d'être frustré, ça nous arrive aussi. On peut lui dire "je comprends que ça te vexe/mette en colère/t'énerve/ te rendre triste mais je dois quand même blablabla". Et si ses cris nous agacent, on peut lui dire que ça nous énerve et qu'on préfère aller dans une autre pièce mais qu'on est là si besoin. Pas puni, donc.

- Détourner la conversation : parfois les discussions ne mènent à rien. Le plus simple n'est pas de lutter jusqu'à gagner, mais de faire penser à autre chose. Si l'enfant crise quand on veut le faire déscotcher d'un dessin animé, au lieu de l'engueuler, proposer une histoire, un coloriage. Quand l'enfant réclame un jouet dans un magasin, au lieu de dire "non", imaginer avec lui ce qu'il ferait de ce jouet, parler des siens de jouets.

photo

(tu veux rester en chaussettes dans le sable ? T'as l'air con mais pas de problème !)

- Considérer son enfant comme un égal, pas comme un inférieur ou un ennemi avec une guerre à gagner, au bout. Comment parleriez-vous à vos grands-parents, à vos amis, à votre mari ? Je sais bien qu'avec eux vous n'êtes pas censés leur apprendre des choses, ni les éduquer, mais la supériorité en âge et en expérience n'autorise pas tout..

Il y a surement d'autres aspects auxquels je n'ai pas pensé, si vous avez d'autres trucs, racontez-moi !

Je ne veux pas montrer que ma façon de faire est LA bonne, mais juste montrer qu'éducation non-violente n'était pas synonyme de laisser-faire, d'enfant-roi ou de tyrans.

Chez moi il y a des règles, des interdits, des valeurs à respecter. Mais rien d'arbitraire. Pas de violence, le moins possible de cri (mais c'est c'est duuuuur), une discussion toujours possible, du respect, de la patience. Et ça fonctionne vraiment bien ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par calimarseille à 12:06 - Tout le reste - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires sur Communication Non Violente

    l'image et son commentaire... je rigole car il y a 3 jours, ma fille a mis des chaussettes bleu turquoise avec des fringues vertes (beurp) hier elle a mis 2 chaussettes completement differentes, et aujourd'hui elle a voulu mettre un tee shirt a moi pour aller a l'ecole.. (heureusement que je ne mets pas du 44!)

    Posté par gana, 01 juin 2012 à 13:10 | | Répondre
  • alors là tu me fais plaisir!l'education non viollente,moi je l'ai decouverte dans les livres,vue mis en pratique par cetaines,reflechi dessus depuis que j'ai ma fille(2ans)et senti la necessité en constatant comme mes eleves peuvent etre tellement violents entre eux..tout ce que tu decris est parole de bon sens selon moi,bcp de parents sont dans un jeu de pouvoir dés le+jeune age,peut etre parce que c +facile que s eremettre en question et faire le travail sur soi,se retenir d crier,chercher des solutions etc..en tous cas ,quand on lit alice miller ou le dernier olivier maurel("oui la nature humaine est bonne")on ne peut plus cautionner la violence envers les enfants c clair,

    Posté par cindirella, 01 juin 2012 à 13:39 | | Répondre
  • Voilà ! Et je pense que si chacun y mettait du sien, à écouter son enfant, la société s'en porterait mieux ! Nos enfants sont la société de demain.
    La communication non violente c'est dur, mais si on pense au bien de son enfant, ce petit que l'on nous confit le temps qu'il grandisse, c'est juste... une évidence.
    Bravo, et surtout courage ! <3

    Posté par kiki The Mum, 01 juin 2012 à 13:54 | | Répondre
  • Avant d'avoir ma Nana, j'étais éducatrice sportive auprès d'enfants de 1 an et demi jusque les grands dadets de CM2. Les autres éducateurs me demandaient souvent comment je faisais pour rester si calme, tout en réussissant à garder le calme des enfants...

    Je me retrouve dans les principes que tu édictes, ceci doit expliquer cela.

    Posté par Etincelle, 01 juin 2012 à 14:06 | | Répondre
  • Alors je te rejoins tout à fait.
    Mais parfois, avec 3 enfants dont 2 qui ont un caractère bien trempé de 4 et 5 ans 1/2, et la fatigue accumulée, ben c'est "plus facile" de crier et de se fâcher, on n'a pas forcément le courage de discuter...

    Je travaille sur moi, et je pense que depuis qq semaines tout le monde le ressent ici, on est un peu moins sur les nerfs.

    J'aimerais, ô comme j'aimerais, appliquer la communication non violente chaque jour et toute la journée... J'y travaille et j'espère qu'un jour je réussirai à ne plus faire QUE comme ça

    Juste, parfois dans certaines situations, je me demande comment ne pas être dans un "jeu de pouvoir" comme le disait cindirella dans son commentaire : en cas de flagrante provocation par exemple ?

    Posté par Kat (Boitatrucs), 01 juin 2012 à 14:07 | | Répondre
  • Je précise que j'explique toujours mais parfois, oui, j'impose... Souvent même.
    Et la plupart du temps parce que je n'ai pas le choix (horaires à respecter, que ce soit pour partir à l'école ou bien aller se coucher... sinon ils sont crevés le matin...)

    Posté par Kat (Boitatrucs), 01 juin 2012 à 14:08 | | Répondre
  • Je te rejoins sur à peu près tout (enfin j'essaye !) sauf sur le choix : souvent je ne donne pas le choix à mes filles car on n'a pas le temps de discuter 100 ans le bout de gras, que parfois je sais mieux qu'elles ce qu'il faut, et étant donné que c'est moi qui fait la lessive / range ... c'est moi qui "impose". Je ne considère pas mes enfants comme mes "égales", elles ne sont pas encore autonomes et pas totalement "finies" , mais ce n'est pas pour autant que je ne respecte pas leurs envies et leurs choix, que ça me donne le droit de les injurier, les taper, les humilier... et ne pas m'excuser auprès d'elles (je ne suis pas infaillible loin de là !). On n'est pas égale mais je ne suis pas supérieure, je sais juste un peu plus de chose qu'elles et mon rôle est de leur transmettre ce que je sais et de veiller à leur santé, chose dont elles n'ont que peu conscience (leur idéal de vie : se balader torse nu et manger uniquement des glaces et des frites...)

    Posté par sophie, 01 juin 2012 à 14:42 | | Répondre
  • Je suis très admirative ! Non pas que je pratique une méthode violente, au contraire, pendant 5 ans j'ai appliqué tout ce que tu décris et avec succès, j'étais très contente. Et puis, tout d'un coup, ma fille a pris un virage à 180° sans que j'ai eu l'impression de changer mon comportement. Dès que je lui explique que quelque chose n'est pas possible (manger une glace une demi-heure avant le repas, partir à la plage alors qu'il est 20 heures) elle proteste, hurle, voire lève la main pour taper. Alors en ce moment je suis désarçonnée ! Même si je reste très calme et douce pendant ses colères elle continue, refusant que je quitte la pièce. Que faire quand un enfant lève la main sur ses parents, hurle, se roule par terre, crache de rage ??

    Posté par celine, 01 juin 2012 à 14:58 | | Répondre
  • Avec mes grands doudoux, laisser le choix était la seule façon de les faire avancer sinon je me retrouvais face à un mur, surtout avec TiBiscuit d'ailleurs...

    Aujourd'hui, je me retrouve face à un bébé de 14 mois qui n'a jamais eu à respecter les règles de vie d'une crèche comme ses aînés et qui jette tout.
    Je suis un peu perdue car je ne sais pas comment lui faire comprendre qu'il n'a pas le droit de jeter comme ça, à part son ballon.
    Hier il a jeté sa petite fourchette qui est atterrie sur la main de son père ...

    Si tu as des pistes, je t'écoute

    Posté par MissBrownie, 01 juin 2012 à 15:13 | | Répondre
  • On a la même façon de faire et la même vision des choses. Dans les rapports parents-enfants, c'est un peu comme dans les rapports patron-employés : si le patron gueule tout le temps sur ses employés, ceux-ci n'avancent à rien car ils arrivent la peur au ventre.

    Je n'ai jamais eu envie d'instaurer un climat de peur dans ma maison et encore moins entre mon enfant et moi.
    Bon j'avoue que depuis la naissance de ma Deuxième, c'est plus dur de rester zen à chaque fois, car la fatigue s'est installée. La demoiselle ne fait pas du tout ses nuits à bientôt 6 mois, elle se prend 3 bonnes tétées by night, je bosse du lundi au vendredi à hauteur de 39 heures seulement mais quand tu cumules fatigue, stress du boulot + les colères de la Première, tu as vite fait de péter une durite.

    En tous les cas il s'est avéré qu'à chaque fois que nous avons crié, on n'a jamais obtenu ce que l'on voulait, ça devenait pire.

    Bon, de là à dire que ma Première est obéissante, y a de la marge!! mais c'est une petite fille qui a une grande confiance en elle, qui a une joie de vivre communicative.

    Posté par Norzem, 01 juin 2012 à 16:15 | | Répondre
  • J'ai laissé ma fille avec des basket violette des chaussette rayée rouge et blanche, un débardeur rayé enfilé dans une grande jupe rose ce matin. Je ne savais pas si je devais rire ou pleurer. mais la jupe c'est pour danser, les basket pour courir....
    En dehors de cette anecdote, je me retrouve vraiment dans ce que tu écris. Des régles précises, des explications beaucoup pour tout, de l'autonomie au maximum, de l'écoute... Et quand je crie après j'explique pourquoi et ça fait du bien à nous 2 je crois.
    Je pense aussi que cette communication rend les enfants trés sensibles. Enfin tu as parlé plusieurs fois de l'hypersensibilité de ta fille et je pense que ce genre d'éducation influe aussi.
    En tout merci pour ton billet, ça fait plaisir de se retrouver dans les pensées des autres, de partager des valeurs.

    Posté par delle, 01 juin 2012 à 16:16 | | Répondre
  • Je suis pour à 100%.
    Pour moi enseigner par la violence n'apprend que la violence! Et puis une fessée est une atteinte au corps de l'enfant, comme si celui-ci nous appartenait, je suis contre.
    Crier, ça arrive à tout le monde, on est humain. Mais expliquer à l'enfant que justement on est humain et qu'on s'est emporté pour telle ou telle raison peut changer beaucoup de choses dans sa tête.
    Les explications, il n'y a que ça de vrai!

    Mes parents ne me fessaient pas, ils expliquaient. Et quand ils faisaient les "gros yeux" je savais que j'avais fait une grosse boulette. En revanche, comme ils ne sont pas parfaits, j'ai quand meme eu droit à 2 ou 3 fessées, dont je me souviens et qui m'ont donné une impression d'injustice, justement parce qu'ils etaient sortis de leurs gonds.

    Bonne continuation sur cette voie

    Posté par Légylia, 01 juin 2012 à 17:54 | | Répondre
  • Chapeau !
    J en rêve de cette communication non violente !
    Mais depuis 10 ans, je cri, j'agresse ma Poupey..
    Je n'ai pourtant pas du tout été élevée dans les cris.. Mais je n ai pas été non plus comme Poupey..
    Tu as beau lui expliquer... Elle ne prend pas le temps de réfléchir, à 10 ans ça craint.
    J aimerai tant être plus zen, pour elle, pour moi, pour tout le monde..
    Je ne lève pas la main dessus, même si je la menace ( oui elle a déjà eut fessée, il y a longtemps)

    Bref, un jour je serai comme toi

    D.

    Posté par Delph Dolce, 03 juin 2012 à 09:35 | | Répondre
  • Salut !
    Depuis hier ça me trotte dans la tête cette histoire de punition, et puis finalement j'ai retrouvé ce qui me faisait tilter... La sanction, pour être éducative doit être "réparatrice" et non pas "restrictive". Voilà pourquoi je ne suis pas contre... Sinon je suis tout à fait d'accord avec les autres idées. Ca sonne pareil pour moi l'éducation !! Pas toujours pour mon amoureux mais on fait au mieux...

    Posté par Louise, 03 juin 2012 à 17:21 | | Répondre
  • Bah moi je pense beaucoup comme Sophie!
    Mon fils même si je l'adore, c'est pas mon copain, c'est mon fils, et même s'il a droit de paroles sur beaucoup, qu'il participe beaucoup à la vie de la maison, bah sur certaines choses, non, on ne discute pas, c'est moi qui décide. J'explique, mais pas question d'avoir une conversation d'une heure.
    Après "non violent" je pense que c'est un terme trop dur que tu emplois.

    Posté par Moutonnette, 04 juin 2012 à 13:23 | | Répondre
  • Mon fils, je l'adore pas, je l'aime !^^
    Et je suis dans cette optique (bien que les cris soient c'est certain, pas toujours evident à "'éviter" et même a gérer), et j'aime beaucoup cette vision des choses !
    Je n'ai pour ma part, pas tout "capter" de l'avis de Sophie mais après tout...

    Ahh si, ça, m'excuser après m'être emporter, toujours (bien que mon conjoint non,(même que le blabla, c'est pas DU tout son truc...) mais, là, c'est encore, un autre problème...), après tout, quand mon fils fait une bétise, je lui demande de s'excuser aurpès de la personne concernée donc je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas moi même.
    Ne sommes nous pas leurs modèles ?

    Posté par Alinette, 04 juin 2012 à 16:47 | | Répondre
  • Gana : je vois bien le genre. Comme tu le vois sur la photo, la mienne refuse les manches courtes et les pieds nus. Trop pratique dans notre région

    Cindirella : ma meilleure copine instit en maternelle fait ce constat aussi, tellement de violence des le plus jeune age. Et sans faire de généralités il semblerait quand meme que ceux qui ont une education non violente sont les plus calmes...

    Kiki the mum : oui une évidence

    Etincelle : ça doit etre lié oui ! Et sinon educ en sport avec des petits d'un an et demi ? j'aimerai bien voir ça !

    Kat(Boitatrucs) : c'est sur que ça doit etre dur, moi je n'ai qu'un enfant et elle est tres "sage" alors je n'ai pas vraiment de conseils. Les livres d'isabelle filliozat sont tres bien et tres concrets, faciles à appliquer.

    Sophie : oui des fois on a pas le temps. Mais je suis globalement d'accord avec toi en fait. Mais ma fille doit etre specialement raisonnable parce qu'elle aime les trucs équilibrés, boude le chocolat et les dessins animés ça la soule. Donc j'ai pas grand chose a faire en fait

    Céline : ta fille a 5 ans ? Je n'ai pas de conseils a te donner. En tout cas a l'age de la mienne, deux ans et demi, taper sur ses parents et hurler n'a rien d'étonnant ! Et a part attendre que ça passe et lui dire que je suis la si elle veut parler, pas de conseils !!

    Posté par BabyPop, 04 juin 2012 à 22:05 | | Répondre
  • Miss Brownie : un bébé de 14 mois qui jette tout ça me parait complètement normal ! D'ici à ce qu'il aille à l'école ou à la garderie même, il va changer ne t'inquiète pas !

    Norzem : deux rapprochées comme ça plus le boulot ça doit etre EPUISANT !

    Delle : Tu as raison. Disons que comme je suis à l'écoute, elle a matière à bien développer cette hypersensibilité quoi !

    Légylia : exactement comme toi. Les quelques rares fessées que je me suis prises, je me souviens les avoir tellement méprisés et les avoir trouvé faibles... Complètement inutile

    Delph Doce :attention, je ne dis pas que je suis parfaite hein Mais disons que pour l'instant ma fille est très sage et calme et que comme avec mon petit frere dur à canaliser j'ai appris à être comme ça tres jeune, c'est assez inné !

    Louise : si tu parles par exemple d'aider à réparer une bétise genre passer l'éponge ou le balai, ranger des livres renversés, alors je l'applique aussi, mais je ne considère pas ça comme une punition ! J'evite juste de faire des punitions qui n'ont rien a voir avec la betise. Priver d'hsitoire du soir parce qu'elle a eclaboussé l'eau du bain par exemple, je ne vois pas ce qu'elle pourrait y comprendre et en retirer !

    Moutonnette : "non-violent" c'est juste le terme officiel, la communication non-violente c'est un concept, ce n'est pas moi qui appelle ça comme ça ! Mais je trouve le terme assez juste tout de même. Ma fille n'est pas ma copine mais elle a droit a toutes les explications nécessaires pour comprendre, c'est tout

    Alinette : oui, s'excuser apres s'est emporté c'est bien je trouve. Mais bon crier c'est vraiment dur a aviter !

    Posté par BabyPop, 05 juin 2012 à 09:05 | | Répondre
  • je suis très loin d'être dans la communication non-violente mais je confirme que chez ma fille de presque 3 ans le détournement de conversation est très efficace!

    Et sinon je n'aime pas ce terme de communication non-violente, j'ai l'impression que les autres communications sont violentes et donc que je suis un bourreau d'enfant

    Posté par Anaou, 05 juin 2012 à 12:27 | | Répondre
  • EUh, tu as oublié de dire aussi qu'il faut se mettre à hauteur d'enfant pour faire passer le message lol! C'est quoi ici? Le retour de l'éducation par super Nany? Une maman d'UN seul enfant qui donne des conseils!!!?? On verra au 3ème si tout ça roule toujours dans le calme et la bonne humeur! va falloir s'adapter je pense et adapter les super préceptes du j'ai essayé ça marche chaque enfant est unique et à nous de nous adapter tout en respectant leurs différences, leur façon particulière de se comporter au sein de la fratrie, de la famille.
    ..ET une maman étiquetée "maternante" et adepte de la "non violence" ne devrait pas être aussi agressive envers Léo et popi il me semble Y a encore du chemin à faire, mais la bonne nouvelle c'est qu'on grandit tous avec son enfant!

    Posté par Mina, 07 juin 2012 à 00:55 | | Répondre
  • Y'a toute une catégorie sur ce sujet sur le blog des vendredis intellos, tu pourrais y trouver ton bonheur. Là-bas on appelle plutôt ça la communication épanouie mais c'est le même principe. Voilà le lien des catégories :
    http://lesvendredisintellos.com/category/la-gestion-de-crise-par-la-communication-epanouie/
    http://lesvendredisintellos.com/category/reinventer-la-relation-parent-enfant-par-la-communication-epanouie/
    Personnellement c'est un sujet qui me passionne et j'ai lu plusieurs livres sur le sujet, alors si ça te tente d'en discuter, tu sais où me trouver ^^

    Posté par Vaallos, 11 juin 2012 à 08:55 | | Répondre
  • Mina : pas la peine de parsemer ton message de smileys, tu n'as rien compris. J'ai dit dans le billet que je donnais pas de conseils, que je racontais comment ça se passait chez moi, c'est tout. Quant à ton argument de "tu verras quand tu auras 3 enfants", je te renvoie là :
    http://www.babypop.fr/archives/2011/09/30/22173642.html

    Quant à Léo et Popi : humour, tu connais ? on s'en branle là de léo et popi nan ? (haaan une maternante qui dit un truc pas gentil ! c'est pas dans tes livres ça ?!) Tu devrais aller lire celui que j'ai fait sur Tchoupi et celui d'hello kitty aussi

    Posté par BabyPop, 19 juin 2012 à 09:36 | | Répondre
  • Laisse béton, Baby

    Apparemment, quand on dit materner, écouter, suivre le rythme de notre enfant et refuser la violence sous notre toit qu'elle soit verbale ou physique, on NE PEUT PAS AVOIR D'HUMOUR.
    Et encore moins de second degré.
    J'ai eu droit à "nan mais comment on peut dire qu'on pratique la CNV quand on parle de tuer des pandas"... J'ai eu l'impression de tomber dans une spirale de bêtise tellement profonde que je me suis abstenue de répondre.
    Et quant aux nombre d'enfants, je crois que justement, la perception du lien avec le premier, et de son rôle de parent, aide beaucoup pour les suivants... je connais de nombreuses mères de famille nombreuses qui nous rejoignent sur nos idées et qui le vivent très bien... tiens Isabelle Filliozat a 2 enfants, et je suis à peu près sûre qu'elle n'a jamais tapé le deuxième. Et je ne parle même pas de Ingrid van den Peereboom...
    Allez, je vais manger un chaton pour me calme devant tant d'inanités. Bisous. (et smileys, tout ça)

    Posté par McMaman, 19 juin 2012 à 09:49 | | Répondre
  • Ma pauvre Mina

    Tu sais qu'il existe des familles de 5 enfants ou aucun ne reçoit de fessée quand il fait une bêtise?
    Tu sais qu'il existe des familles de 5 enfants où aucun n'a été laissé seul dans sa chambre à brailler dans le noir et ce même quand il y avait les 4 aînés à gérer?

    Tu sais qu'il existe des familles de 5 enfants où les membres discutent avant de se hurler dessus?
    Je suis issue d'une famille comme ça, alors ce n'est pas parce que tu n'arrives pas à mettre ce genre de choses en place ou que tu n'y crois pas qu'il faut prendre ton cas pour une généralité et agresser ceux qui tendent vers cet idéal non-violent.

    Quand on n'a rien à dire, on se tait

    Bisous.

    Posté par Working Mama, 19 juin 2012 à 11:06 | | Répondre
  • Je suis toujours étonnée de voir que des gens lisent et commentent des trucs qui les font chier.
    Au bûcher Popi et TroTro.

    Posté par Ofé, 19 juin 2012 à 13:10 | | Répondre
  • Voilàààààà! j'aime ce que je lis (n'en déplaise à certaines....), et j'applique moi aussi autant que possible ces principes, sauf que la punition chez nous c'est se calmer sur le tapis de la chambre quand elle est trop énervée. Mais jamais de fessée, jamais de tape, toujours bien expliquer, je SAIS qu'elle comprend tout très bien depuis son plus jeune age!
    Il faut continuer dans cette voix, car oui ça marche, bien moins de tension qu'ailleurs moi je trouve, et pourtant ma bichette n'a pas le caractère facile!
    BIz

    Posté par delphine, 23 juin 2012 à 21:53 | | Répondre
Nouveau commentaire